Orvault et son histoire

 

Les premières mentions d'Orvault remontent à l'an 850. La première église daterait du VIIIe siècle. Saint Léger, évêque d'Autun, aurait été l'instigateur de cette construction qui a tenu jusqu'au XIIe siècle. L'église actuelle date de 1901.

 

l'église St Léger d'Orvault 

Orvault est traversée de chemins creux, peu entretenus. Les diligences les empruntent, s'assurant que des auberges existent en bordure, car ils s'avèrent dangereux en hiver.
Orvault est restée durant des siècles hors des routes royales et de l'Empire, ce qui a retardé son développement.

En 1850, le bourg compte 32 maisons numérotées abritant 150 habitants. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, Orvault est une commune essentiellement rurale, où la grande propriété domine. La vie quotidienne des Orvaltais est rythmée par les battages, la culture du lin et du blé noir.

Au début du XXe siècle, de 1901 à 1935, alors que les routes ne sont pas encore goudronnées, l'entreprise du père Bouvier assure, avec des voitures tirées par quatre chevaux, le service des voyageurs entre Orvault et Nantes.
Au début des années 1920, Alexandre Goupil aménage des lotissements dans un nouveau quartier : le Petit-Chantilly.
 

vue actuelle du quartier du Petit-Chantilly, situé aux portes de la ville de Nantes 

La 2e guerre mondiale voit, à partir d'août 1940, l'arrivée des Allemands qui occupent les principaux bâtiments d'Orvault. Après les bombardements de Nantes, les 16 et 23 septembre 1943, près de 5 000 réfugiés viennent vivre à Orvault dans des conditions souvent difficiles.
 

 Le développement de la commune s'accélère dans les années 1960, suite à l'expansion démographique de Nantes. Orvault compte 6 592 habitants en 1962, 17 609 en 1972, 23 554 en 1999.

Aujourd'hui Orvault, 6e ville du département par le nombre d'habitants, aménage ses quartiers au fil du temps et des besoins.
 

le blason de la ville d'Orvault

(nom breton : Orvez)

  • armes des sires d'Orvault
  • le filet d'argent rappelle le Cens

http://bzh.44.free.fr

 

 

Le bourg d'Orvault

 

"Le bourg consiste en une douzaine de maisons bâties autour de l'église et peuplées d'environ 100 habitants. L'église s'élève sur un rocher, entourée du cimetière. C'est de cette pieuse enceinte que la vue se promène avec plaisir sur la vallée du Cens." (Edouard Richer).

A cette époque, la vie au bourg est rythmée par de petites industries : la filature de coton qui deviendra plus tard une minoterie, une carrière qui fournira des pierres pour les fondations de la cathédrale de Nantes et dans le bas du bourg fonctionne un ancien moulin à foulon devenu moulin à papier en 1818. L'accès au bourg se fait par le vieux chemin "de la Patache" dont la pente, trop forte, met à rude épreuve les attelages et les gros charrois.

1830 : Le cimetière entourant l'église est déplacé. Il est désormais situé au départ de la route qui conduit au village des Anges.

1835 : L'église située sur l'actuelle place Jeanne d'Arc est détruite. L'édifice datait de la fin du Moyen-Age. Au même emplacement une 2e église est construite. Très vite, ce nouveau bâtiment montre des signes de vétusté du fait de sa construction défectueuse et du manque d'entretien. Cette seconde église dont on conservera les marches jusqu'en 1980 sera détruite au début du XXe siècle.
 

Orvault - Vue prise de l'étang vers 1840 - Clocher de l'ancienne église 

1850 : Le bourg comporte 32 maisons pour une population de 200 habitants.

1863 : Conséquence de la crise économique de 1846 et surtout de la concurrence des grandes industries nantaises, l'activité industrielle au bourg s'essouffle. Le maire Louis Guillet de la Brosse commente ainsi la situation : "Un certain nombre d'ouvriers se trouvent sans ouvrage par suite de la fermeture de la filature de coton ainsi que par la suspension de travail, trois jours par semaine, de la carrière".Le maire utilise alors tous les fonds disponibles au budget pour venir au secours des ouvriers nécessiteux. L'activité industrielle au bourg ne se développera guère après cette période douloureuse.

1877 : Construction du Grand Calvaire sous l'impulsion de Jean Richeux, curé de la paroisse. La réalisation de l'édifice et le transport de sa croix à dos d'hommes suscitent alors beaucoup d'émulation et aussi de fierté parmi les paroissiens. En 1894, une forte tempête emporte la croix qui était en bois. Elle est remplacée en 1895 par une croix en ciment armé coulée sur place dans un coffrage.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

le Grand Calvaire

1895 : Construction du lavoir. Il est régulièrement fréquenté surtout le lundi par des laveuses professionnelles. Son utilisation s'achève en 1961 avec l'établissement du service d'eau dans le bourg.

1898 : Le 26 décembre, l'abbé Richeux bénit la 1re pierre de la construction de l'église actuelle. L'édifice est bâti sur l'immense potager du presbytère. La construction dure deux ans.

1900 : 280 Orvaltais résident au bourg pour une population communale de 1830 habitants. La place de l'église est réalisée lors de la construction des routes départementales dont elle est le carrefour.
 

Orvault (Loire Inférieure) - Place de l'Eglise et Rue du Calvaire
 

1901 : Le 28 mai, Orvault inaugure sa nouvelle église qui, faute d'argent, ne possède pas de clocher. Les deux cloches de l'ancienne église sont alors installées, provisoirement, sur le mur du cimetière qui borde le chemin de la mairie.

1921 : Le maire Gilbert de la Brosse inaugure le monument et la plaque à la mémoire des morts de la 1ère guerre mondiale. 77 Orvaltais sont tombés au champ d'honneur.

1926 : Electrification du bourg

1935 : Après 34 ans d'attente, l'église possède enfin son clocher. L'inauguration a lieu le 2 avril avec la bénédiction des quatre cloches.

1940 : Le 7 août, l'armée allemande s'installe à Orvault. Le château de la Tour devient la Kommandantur. La mairie, le presbytère, les écoles et la minoterie sont occupés. Les troupes d'occupation paradent les dimanches après la messe, du grand calvaire à la mairie, afin d'impressionner la population.

 

Orvault - Arrivée par la Route du Calvaire
 

1964 : Ouverture du nouveau cimetière au lieu-dit "la Croix du Landreau"

1973 : L'ancien cimetière est désaffecté.

1976 : Inauguration de la nouvelle mairie qui est juxtaposée à l'ancienne

 

la direction de la Solidarité, pôle incontournable de la vie sociale à Orvault
 

1992 : Le lavoir a subi les ravages du temps. Ne souhaitant pas le voir disparaître, la ville le restaure.

1994 : La place Jeanne d'arc est réaménagée ainsi que la rue Saint-Léger, le rond point de l'église et la rue Robert le Ricolais.

 

le Forum d’Orvault, qui accueille des entreprises à vocation commerciale et tertiaire
 

2000 : Pour chaque nouvelle naissance, la ville plante un arbre et créé ainsi le "Bois de l'avenir". Au total près de 400 arbres poussent tranquillement dans la vallée du Cens. Le 1er janvier, les Orvaltais sont invités à franchir la "porte de l'avenir" installée à l'entrée de la petite rue St Léger.

2001 : La ville aménage un skate parc tandis que la paroisse inaugure la salle Saint-Léger. Cœur de la commune, le bourg d'Orvault compte aujourd'hui 2220 habitants.

 

le skate park

 

Source, et lien pour continuer la visite :
http://www.mairie-orvault.fr/

 

Pourquoi "Saint Léger" à Orvault ?

 

 

 

http://www.stleger.info