l'épopée des lotteurs de ois

 

 

Chaque village du Morvan compte un très grand nombre de "petits patrimoines" liés aux croyances, à l'eau, aux travaux agricoles et forestiers. Ils témoignent de la vie rurale très active des générations qui nous ont précédés.
http://www.patrimoinedumorvan.org/

 

flottage de bois

 

Pendant quatre siècles ils furent des centaines d'hommes, de femmes, d'enfants à vivre partiellement du flottage du bois en Morvan. Un apport bienvenu dans une région pauvre et une activité économique qui fit longtemps la fortune de Clamecy.

Deux hommes sont à l'origine de l'initiative qui permis au Morvan de fournir chaque année 90% du bois parisien : Charles Lecomte en mit au point la technique et Jean Rouvet en assura la commercialisation en mobilisant la main-d'œuvre locale.

 

flottage au Saut du Gouloux

 

Le problème au XVIe siècle vient de Paris qui voit son développement compromis depuis que les forêts avoisinantes ne permettent plus de l’approvisionner en bois de chauffe et de four. Le Morvan, de par sa richesse en bois (hêtres et chênes), semble la porte de sortie de crise idéale, mais les difficultés d’accès restent des obstacles importants.

En 1547, la solution du flottage de bois est avancée et Charles Leconte, maître d’œuvre de la charpente de l’Hôtel de Ville de Paris et nivernais d’origine, va construire les premiers trains de bois capables de fournir Paris depuis le Morvan.

 

débardage de bois - un chemin difficile

 

Au départ, ces trains partiront de la limite du Morvan, au plus près de Paris, mais peu à peu, suite à d’importants aménagements et notamment la construction de retenues d’eau, c’est tout le territoire morvandiau qui sera concerné par cette activité, c’est dire si l’impact sera conséquent.

 

brouette des flotteurs de bois

 

L'héritage de cette épopée est ici présent dans les esprits et cette histoire fait partie intégrante de notre patrimoine. "La Route des Flotteurs", itinéraire de sentiers de randonnée, permet de partir à la découverte de cette riche histoire.

La tradition des tournois de joutes (1) est perpétuée à Clamecy où, chaque 14 juillet, on rend hommage à ces flotteurs dans la fête et la bonne humeur.

(1) A la mi-juillet, à l’arrivée des bois dans les ports sur les rives de l’Yonne, toute la population de Clamecy et des alentours s’activait pour sortir le bois de l’eau, le trier selon les marques inscrites et l’empiler. S’ensuivait un événement festif unique dans l’année : les fameux tournois de joutes qui voyaient s’affronter deux équipes de chacune des deux rives. Né au début du XIXe siècle au moment de l’apogée de l’activité, cet événement avait pour vocation de célébrer la fin de la saison, mais servait aussi à désigner le "Roi Sec" (le vainqueur), c’est à dire le porte parole de tous les flotteurs lors d’émeutes et de grèves, grèves nombreuses tant les conditions de travail étaient difficiles.

NDLR lire à ce sujet les "luttes sociales chez les flotteurs de bois de Clamecy" http://www.19e.org/documents/societe/campagnes/flotteursboisclamecy/sommaire.htm

 

crocs des flotteurs de bois

 

Le canal du Nivernais et le lac des Settons sont également des héritages de cette épopée des flotteurs de bois, puisqu’ils furent construits à cette fin, et représentent une aubaine pour le tourisme de notre département de la Nièvre.

Le lac des Settons fut en effet construit pour former une réserve d’eau afin d’emporter d’un seul flot les bois de la Cure jusqu’à l'Yonne. Si, pour des problèmes de construction et de délais, il ne fut jamais utilisé à cet effet, il n’en reste pas moins qu’il constitue un bel héritage patrimonial de cette époque et un atout touristique majeur pour le département.

 

 

 

 

Source : http://www.cg58.fr/la-nievre/curiosites-nivernaises/curiosites-nivernaises.html

Pour en savoir plus sur les flotteurs de bois :
http://www.vaux-yonne.com/rubrique.php3?id_rubrique=3

 

 

 

 

 

http://www.stleger.info