ES AGOUILLES

 

 

La cagouille charentaise est un escargot de l'espèce Petit-Gris répondant au doux nom scientifique de "Helix aspersa".
Autrefois abondant, il commence à se raréfier sous l'effet des pesticides et autres produits chimiques répandus dans la nature.
D'une durée de vie de 4 à 5 ans, on le trouve dans les jardins, les "palisses", le long des vieilles bâtisses.
Ce mollusque gastéropode pulmoné de la famille des hélicidés se déplace à la vitesse de 7 cm par minute et est capable de tirer 200 fois son poids.
Il a des mœurs nocturnes et se nourrit essentiellement de végétaux, c'est pourquoi vous le retrouvez dans vos salades et vos choux.
Comme il pond une centaine d'œufs, on comprend pourquoi on le chasse, car en Xaintonge on chasse la cagouille armé d'un bâton et d'un "pochon" pour enfermer l'animal.

 

 

La Cagouille s'en va chap'tit
Coum tous les ghens de la Chérente
A n'attrap' pas d'chaud. Pardi
A ne fait que des courses lentes
Coum le Saintongheais, a ménaghe ses pas,
O ya pas d'dangher qu'o y arrive d'agât ;
Enteur zeux, o yat qu'ine seul' différence
C'est qu'a la des cornes et qu'li n'en a pas
Vl'à c'qu'est bin compris
Sans dir' de ment'ries
Enteur nous souét' dit
Ne vaut-tou pas meux qu'o sey'
Ell' que li !

 

"Ce poème est signé de notre grand conteur saintongeais Goulebenéze, Evariste Poitevin de son vrai nom, dont le sens de l'observation et l'humour ont ravi mes veillées d'enfant et d'adolescente auprès de mes grands-parents."

Françoise, St Léger près Pons, octobre 2002

 

Une page sur Goulebenéze ici

 

 

Les Romains considéraient ces gastéropodes comme des mets de choix pour les riches. A la fin du Moyen-Âge, l'escargot, pourtant facile à ramasser, n'était guère goûté des pauvres gens.
A partir du XVIIe siècle, l'escargot ne figure plus sur les meilleures tables et son usage semble dès lors se restreindre à certaines régions, notamment dans l'est et le sud-ouest de la France.

Parmi les provinces "escargophiles" figurent l'Aunis, la Saintonge et le Poitou .
En 1782, on en fait un objet de commerce, puisque l'on en envoie dans nos colonies d'Amérique.

Si le mot poitevin "luma" dérive bien évidemment du latin "limax", qui a donné aussi limace et limaçon, le terme "cagouille" se rencontre pour la première fois dans le dictionnaire en 1611.

Dans la région, le "petit gris" bénéficie de la véritable mode de l'escargot qui saisit les gourmets parisiens dans la seconde moitié du XIXe siècle.
A nouveau estimé des gourmands, l'escargot requiert l'attention des guides gastronomiques, qui se multiplient au XXe siècle.
Faideau n'hésite pas, en 1936, à écrire au sujet de la "cagouille", qui a donné son nom à la société amicale des Charentais habitant Paris : "Elle est l'emblème du caractère local, à la fois réfléchi, enjoué et malicieux."

 

 

ES AGOUILLES HARENTAISES

Ingrédients : cagouilles, oignons, vin blanc, clous de girofle, carottes, ail, bouquet garni, poireaux, sel, poivre, beurre, 100 g de jambon de pays, 50 g de chapelure.

Recette :

  • Blanchir les cagouilles, égoutter, mettre dans une casserole, arroser de vin blanc
  • Garnir : oignons piqués de clous de girofle, carotte, gousse d'ail, bouquet garni, saler, poivrer
  • Laisser cuire à feu doux une heure
  • A part, faire revenir oignons jambon haché.
    Laisser mijoter 1/2 heure
  • Lier la sauce avec la chapelure
  • Arroser les cagouilles avec la sauce et persil haché
Bon appétit !

Voir aussi :
http://membres.lycos.fr/xaintong/atable.htm
http://escargot.free.fr/fra/cuisine.htm
http://www.cagouille.com/

 

 


 

 

E OGNAC

 

 

Il forge son caractère dans une région caractérisée par un microclimat, un sol d'une grande richesse et un cépage traditionnel : l'ugni-blanc.
Le jus de raisin est vinifié naturellement : le vin ainsi obtenu est doublement distillé pour concentrer et intensifier ses éléments aromatiques.
Les eaux-de-vie qui naissent de cette distillation vieillissent en fûts de chêne pendant de nombreuses années avant d'arriver à maturité et d'être assemblées sous la baguette du maître de chai.
Elles vont alors proposer des arômes de fleurs et de fruits, des goûts d'épices, de miel et de vanille pour faire du Cognac l'eau-de-vie la plus appréciée au monde.

Si chacun connaît les magnifiques Cognacs de l'après-repas dont la longueur en bouche prolonge l'intensité des grands moments, beaucoup découvrent aujourd'hui des Cognacs plus jeunes, au tempérament vif et velouté.
Servis à chaque moment de la journée ou de la nuit, sur glaçons ou allongés, ils constituent des boissons agréables et rafraîchissantes appréciées, chaque jour davantage, par un jeune public à l'affût de nouveautés.

 

 

Cognac eau pétillante

  • 2 cl de Cognac
  • quelques cubes de glace
  • eau pétillante selon votre goût

Cognac tonic

  • 2 cl de Cognac
  • quelques cubes de glace
  • tonic selon votre goût

Cognac floater

  • 2 cl de Cognac
  • verser le soda, puis délicatement le Cognac, qui reste en surface

Cognac fizz

  • 2 cl de Cognac
  • jus de citron
  • soda selon votre goût

Cognac orange

  • 2 cl de Cognac
  • jus d'orange frais selon votre goût
  • garnir d'une rondelle d'orange

Lancer franc

  • 2 cl de Cognac
  • quelques cubes de glace
  • jus d'orange
  • un trait de crème de fraise

Convergence

  • 1/7 de Cognac
  • 1/7 de Pineau
  • 5/7 de jus d'orange
  • un trait de crème de fraise

Sour

Dans un shaker :

  • un trait de sirop de sucre de canne
  • 2/3 de Cognac
  • 1/3 de jus de citron vert frais
  • une cerise

Hold up

Dans un shaker :

  • un trait de sirop de sucre de canne
  • 1/5 de Cognac
  • un trait de Malibu
  • 3/5 de jus d'orange frais
  • 1/5 de jus de citron

Side car

Dans un shaker :

  • 1/4 de jus de citron
  • 1/4 de Cointreau
  • 1/2 de Cognac

Frapper

Cognac de 0 h tendre

  • un trait de liqueur de framboise
  • 3 cl de Cognac
  • champagne frappé
  • 2 ou 3 framboises fraîches

Cognac café

2 cl de Cognac pour accompagner la dégustation d'un excellent café

Cognac dessert

2 cl de Cognac, en accompagnement d'un dessert au chocolat ou aux amandes, d'une tarte aux abricots ou à l'orange, d'une crème brûlée ou des oeufs à la neige ou toute autre douceur de votre choix permettant de révéler toutes les saveurs subtiles du dessert et du Cognac.

Cognac tradition

2 à 4 cl d'un vieux Cognac à déguster en prenant le temps de le savourer, en ayant préalablement apprécié sa robe et ses arômes avant de le porter en bouche.

 

 

 

 

 

http://www.stleger.info