les dolmens de uyraveau à St Léger de ontbrun

 

 

 

"Le Musée des Tumulus de Bougon propose à partir du 11 juillet 2009 une exposition inédite regroupant les collections archéologiques provenant du dolmen II de Puyraveau.

Les dolmens de Puyraveau sont situés sur la commune de Saint-Léger-de-Montbrun, dans le nord du département des Deux-Sèvres. Connus depuis 1843, les monuments mégalithiques de Puyraveau ont, à partir de 1964, été "visités" par de nombreuses personnes jusqu'à leurs fouilles officielles en 1997 par F. Bouin. Les objets archéologiques présents sur le site ont été dispersés et ils avaient alors disparu. Aujourd'hui, après un travail d'enquête mené par un étudiant en archéologie, V. Ard, les collections ont été retrouvées et regroupées pour une exposition exceptionnelle au Musée des Tumulus de Bougon, musée dédié à la Préhistoire et au Mégalithisme.

Pour la 1re fois, l'ensemble des découvertes de Puyraveau sera présenté au public mais aussi aux chercheurs.

Les mégalithes de Puyraveau ont livré des collections d'une très grande richesse : plus d'une centaine de poignards en silex et de poteries, plus de trois cent pointes de flèches, des perles et des éléments de parures en quantité. Leur état de conservation est également exceptionnel, la plupart des vases sont entiers et les objets en silex semblent être juste taillés."

Pour plus d'informations :
Musée des Tumulus de Bougon
La Chapelle - 79800 Bougon
http://www.deux-sevres.com/musee-bougon

 

 

les dolmens de Puyraveau

 

 

un site exceptionnel en urope

"Le musée préhistorique des Tumulus de Bougon a inauguré le 20 mars 2013 une salle dédiée au "Dolmen II" de Puyraveau sur la commune de Saint Léger de Montbrun. Y sont exposés une collection extraordinaire de poteries, outils et particulièrement des pointes de flèches d'une remarquable finesse. Il s'avère être l'un des monuments les plus riches d'Europe.

Épilogue d'une magnifique histoire qui commence en 1964 quand des adolescents, réunis dans un "club archéologique et spéléologique", entreprennent de "gratter" le site des dolmens de Puyraveau, dans un champ de la commune de St Léger de Montbrun.

Les Indiana Jones en herbe ont le nez fin : ils mettent au jour un incroyable trésor, qui dormait sous les pierres depuis le néolithique : des pointes de flèches, des poignards en silex, des éléments de parure, des vases...

"C'est le plus riche dolmen d'Europe", confirme Elaine Lacroix, le conservateur du musée des Tumulus de Bougon (Deux-Sèvres). Non seulement les objets foisonnent mais la plupart sont intacts.

Dans l'enthousiasme de leur découverte et de leur jeunesse, les adolescents en oublient la loi sur la protection du patrimoine archéologique, qui interdit strictement de se livrer à ce genre de fouilles sans en avoir ni les compétences ni l'autorisation... S'ils tiennent scrupuleusement un inventaire de leurs trouvailles, il n'est pas dressé dans les règles de l'art. Leur aventure tourne court. Les objets sont dispersés dans différents musées ; certains sont conservés en cachette par les adolescents eux-mêmes, d'autres échangés. "Personne n'a vu l'ensemble de ce dolmen rassemblé", affirme Elaine Lacroix, à la fois émue et heureuse d'avoir réussi cette gageure avec le concours de son équipe des Tumulus et l'aide précieuse d'un doctorant, Vincent Ard, propulsé commissaire scientifique de l'exposition "Puyraveau, le secret du dolmen".

Vincent Ard, parti à son tour en quête pour percer le secret de Puyraveau et qui a retrouvé les adolescents à l'origine de la découverte, désormais sexagénaires. Certains décident de donner leur collection personnelle au musée, d'autres acceptent de la prêter. "Nous avons souhaité réunir tous les objets dans cette grande vitrine pour créer ce choc visuel, explique Elaine Lacroix. C'est une petite exposition mais elle est grandiose par ce qu'elle présente. C'est un scoop scientifique et patrimonial".

Bulletin municipal 2003

 

 

le dolmen II de Puyraveau après restauration

 

 

les trésors pillés de uyraveau entrent au Panthéon de ougon

Ci-dessous un article de la Nouvelle République en date du 21 mars 2013 :

"Le musée des Tumulus, dont les vingt ans seront célébrés les 18 et 19 mai, a inauguré, hier soir, une salle dédiée au “Dolmen II” de Saint-Léger-de-Montbrun. Épilogue d’une magnifique histoire.

Tous les archéologues vous le diront. Leur cauchemar, c'est le pillage. Pire, la destruction de ces trésors de l'humanité les hante. On mesure alors tout le bonheur d'Elaine Lacroix, conservateur au musée des Tumulus de Bougon, en inaugurant, hier soir, la nouvelle salle consacrée au "Dolmen II" de Puyraveau.

"Je suis un conservateur heureux ?!" A l'aube de fêter les 20 années du musée, en mai prochain, la battante gardienne du temple des cultures néolithiques en Deux-Sèvres a salué "la conclusion d'une belle histoire qui avait pourtant mal commencé".

Car, qui se souvient que ce dolmen du Thouarsais, situé à Puyraveau (Saint-Léger-de-Montbrun), avait en partie été pillé par quatre ou cinq chenapans, en 1964, quasi-septuagénaires aujourd'hui ? On estime que cette nécropole, constituée de quatre dolmens successifs, abritait quelque 150 céramiques, également plus de 150 pièces lithiques comme ces poignards en silex du Grand-Pressigny, ou ces pointes de flèches acérées par la main de l'homme voici plus de 5 000 ans, et ces parements semi-précieux en quartz.

Ces collections archéologiques issues de la nécropole de Saint-Léger-de-Montbrun
(datant de la fin du néolithique, entre 4 000 et 3 000 avant J.C.) sont désormais en bonne place.

Hommage aux pilleurs donneurs

Incroyable paradoxe, voici donc l'épilogue d'une très belle histoire, comme un hommage à ces pilleurs qui ont fini par donner. "Qui dit que, sans eux, ces pièces n'auraient pas toutes été fichues en l'air par des agriculteurs qui auraient voulu se débarrasser des dolmens pour cultiver leurs terres ?" s'interroge André Perrotin. Alerté à l'époque, ce Thouarsais membre de la Société préhistorique française, s'était empressé de mettre une partie des découvertes à l'abri. On estime à un tiers l'ensemble de la collection issue des pillages, et à 10% les pièces que l'on ne reverra jamais.

"Cette inauguration marque aussi la fin d'un long travail d'enquête réalisé dans un contexte de fouilles atypiques" relève, non sans humour, le conseiller général chargé de la culture, Bernard Millet. Après les fouilles de 1997, le site funéraire a enfin pu être restauré, sans ses tables, hélas.

Comment ces trésors sont-ils arrivés derrière la nouvelle vitrine de Bougon ? Grâce aux recherches de Vincent Ard, doctorant, qui avait proposé cette exposition provisoire, en 2009, au musée. Et grâce à la pugnacité d'Elaine Lacroix, qui a réalisé un vœu, hier soir : rendre cette exposition permanente."

Sébastien Acker

 

 

les fouilles réalisées en 1997

 

 

 

 

 

 

collections archéologiques du dolmen II de Puyraveau

 

 

 

 

trésors du dolmen de Puyraveau

 

impressionnante collection de céramiques typiques du Thouarsais de l'époque
ne sont exposées que celles qui sont entières

 

les bijoux sont aussi présents - pas de pierres précieuses comme nous l'entendons de nos jours,
mais les formes et les couleurs sont à la mode de l'époque.

 

les lames en silex montrent une grande variété de formes - les haches polies en matériaux très élégants

 

innombrables pointes de flèches - plus de 200 au total

 

 

une partie des jeunes ados à l'origine des trouvailles :
Yves, Claude, Daniel et Henri. Manque Gérard, absent ce jour-là.

Vincent Ard

 

 

Voici 2 liens pour poursuivre le visite :

 

 

vues anciennes et vues récentes avec des compléments historiques
du dépôt de munitions au parc d'énergies renouvelables
photos de classe

  

erci de fermer l'agrandissement sinon.

 

 

http://www.stleger.info