la ablette urprise

 

"Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître", ce sont les paroles de la bohême, vous connaissez ? Eh bien, je vais vous parler d'un temps que les moins de cent ans ne peuvent pas connaître !
Comme c'est mon cas, et qu'il s'en faut de quatre dizaines, je vais broder, pour vous raconter une petite aventure de galanterie racontée par ma grand'mère, qui la tenait de sa mère !

Mon arrière-grand-père a connu le démon de midi, vingt ans avant le vingtième siècle.
A cette époque, il menait ses vaches dans les prairies et, pour ne pas rester à ne rien faire, regardait ce que la nature pouvait offrir pour améliorer l'ordinaire.
C'est ainsi qu'il croisa les pas d'une jolie fille d'un hameau voisin, qui gardait aussi son troupeau.

Ne me demandez pas de rapporter les propos de l'un ou de l'une, mais Cupidon était là, et il fit mouche, tout du moins sur mon aïeul.

Comment s'attirer les faveurs de la belle payse ... avec les moyens limités du moment ? S'est-il "creusé la tête", ou est-ce l'opportunité d'une foire au chef -lieu de canton ? Bref, il trouva le cadeau qu'il voulait et le cacha.

Mais il n'avait pas fait suffisamment attention au flair de sa femme. Celle-ci avait certainement distingué le changement de comportement de son mari, et sans doute constaté que les vaches prenaient souvent la direction où l'herbe était plus parfumée qu'ailleurs.

Madame, donc, surveilla venues et allées et fouilla les vêtements du volage en intention, pour y découvrir quoi ? Une tablette de chocolat ! Aujourd'hui, ce serait banal. Il y a trois générations, c'était très original.

Quelques jours après, le bonhomme revint bien sombre et déconfit de sa tournée, car savez-vous ce que la coquine avait déballé en déchirant le papier ? Une tablette, c'est sûr, bien imitée, mais en bois !

L'arrière grand'mère, pendant ce temps, riait bien en savourant le vrai chocolat !

région d'Availles-Limouzine, Vienne, dans les années 1880

 

 

Merci, Jay  

 

 

 

 

http://www.stleger.info