etit erle

 

Lundi 18 juillet 2005, vers 20h - Poitiers, quartier nord des Couronneries

Je dîne dans la véranda, avec les infos de la 2 en sourdine, lorsqu'une petite boule sombre passe le long du mur du jardin.
Le temps de braquer mes yeux vers le mur, la "petite boule" sautille !
En fait, il s'agit d'un jeune merle, tombé d'un nid des alentours, qui vole mal et est un peu affolé.
Les vitres de la véranda sont en verre teinté, et de l'extérieur on voit peu l'intérieur.
Le petit merle ne me distingue pas, et il trouve assez vite son abri sous la réserve à bois, guidé par son instinct.
Curieux, je m'approche prudemment. Il s'est juché au sommet du petit tas de bois, dans le coin le plus sombre. Il me regarde sans bouger. Je m'éloigne et retourne manger.

Assis depuis deux minutes, je remarque une merlate, le bec plein de nourriture, approchant le refuge avec circonspection. Comment la mère a-t-elle trouvé son oisillon ?
Je ne l'ai pas entendu à cause des vitres qui isolent, mais il a dû piailler un peu, ce qui a permis à la mère de le localiser, mieux qu'avec un gps !
Pendant mon dîner, la merlate est revenue discrètement le nourrir.

Puis je me suis installé dans un fauteuil, pour résoudre un mot croisé rusé. Le jour a décliné doucement. Avant de regagner mon bureau, je vais jeter un coup d'œil dehors. Il a quitté son abri sombre pour venir se percher dans le kalankoe qui est juste devant. Mais ce qui est remarquable, pour un oiseau encore malhabile, est qu'il a choisi de se nicher dans la partie non fleurie - la plus petite - pour passer inaperçu aux yeux des chats du voisinage ! Si jeune et déjà pourvu d'un instinct mimétique !

Le lendemain matin, tôt levé, je profite du soleil déjà présent pour prendre mon petit déjeuner dans la véranda. Je ne vois pas le petit merle, mais la mère rôde encore dans le secteur, donc il s'est déplacé.
Une inspection rapide, et je retrouve le merle caché derrière deux gros cache-pots.
Il ne paraît pas bien vigoureux, car il se laisse approcher sans réagir. Il ne sait pas encore boire, car il n'est pas venu vers la coupelle pleine d'eau.
 
Que faire ? Le forcer à boire et à manger ? Mais je risque le blesser. L'attraper ? il va se débattre, donc s'affaiblir encore plus, et sa mère risque de ne plus le nourrir.
La seule possibilité est de compter sur la fraîcheur de la nuit, car il s'est abrité sous un massif de sauge, et la vigilance de sa mère, et d'espérer que les chats du quartier soient gavés de croquettes !
 

Malheureusement, le lendemain, la "petite boule" était immobile sous la verdure, mort par déshydratation. Il n'aurait donc servi à rien de vouloir la sauver. 

 

 

Merci, Jay  

 

 

 

 

http://www.stleger.info