le Comité des Fêtes

 

 

Que demande le peuple ?

Depuis 110 ans, la question ne se pose plus à St Léger pour le dernier week-end d’octobre :

"du boudin et des jeux !"

 

Saint Léger sous Cholet, le 5 octobre 1896

Monsieur le Maire,

Les soussignés ont l’honneur de vous prier de vouloir bien créer dans la commune de Saint Léger sous Cholet une assemblée dite « des Boudins » le 25 octobre 1896. Ils ont bien l’honneur d’être, Monsieur le Maire, vos dévoués serviteurs.

Ont signé : Godineau Pierre, Maurat Alexis, Marathé Victor, Auguste Samson, Bourcier, Métayer, Frouin Louis, Boisdron Pierre, Gadras, P. Rousselot, Maillet, Boursart, Landreau Pierre, Chupin Victor, A. Lefort, Loger, Gadras Pierre, Frouin

 

Ce document d’archive de 1896 atteste la volonté d’animer la vie de la commune.
L’assemblée dite "des Boudins", qui connaît depuis plus d’un siècle un réel succès, perdure donc depuis cette époque.

 

 

Pourquoi Fête des Boudins ?

La légende raconte qu’il y a plus d’un siècle elle serait née d’un pari entre deux habitants de Saint Léger, l’un du Haut, l’autre du Bas St Léger, pari selon lequel, entre les deux lieux, il n’y avait pas une longueur de boudin de différence.
L’enjeu du pari était un cochon que le perdant devait cuisiner pour toute la population.
… Pari largement gagné en 2002 par le Comité des Fêtes, battant le record du monde avec un seul boudin d’une longueur de 4 299 mètres.
Le précédent record (164,40 mètres en 1985) ayant été battu par des Belges, il fallait relever le défi. C’est chose faite…

Nous ne possédons pas d’archives ou documents pour certaines périodes. On peut supposer qu’il y a eu quelques manques, notamment au moment des deux guerres mondiales 14-18 et 39-45.

La Fête des Boudins a lieu traditionnellement le dernier week-end d’octobre. C’est dans la région la dernière fête champêtre avant l’hiver. Cela explique en partie le nombre important de visiteurs chaque année (de 10 à 15 000).

Longtemps, un demi-siècle, les réjouissances et activités furent organisées par des équipes de bénévoles non structurées en association. Les dégustations de boudins et de mogette se faisaient dans les cafés.
Il existait encore quatre bistrots à Saint Léger dans les années cinquante :
- Chez Prosper, actuellement salon de coiffure au rond-point central
- Café Samson, à l’angle de la boulangerie
- Café Bretaudeau, actuel bar-tabac
- Café Landreau, actuel bar-PMU.

La bande de copains qui animaient la commune se constitue en association en janvier 1955.
Le 1er bureau est composé de : Alphonse Dupuis, président / Anatole Barré et Lucien Banry, vice-présidents / Alphonse Leray, secrétaire / Stanislas Cornuault, secrétaire adjoint / Louis Bourrasseau, trésorier / Marcel Gaborieau, trésorier adjoint.

 

 

2005 - trois anciens responsables des premières heures

Alphonse Leray / Marcel Gaborieau / Anatole Barré, dit Toto

 

 

2005 - les 50 ans du CDF

les présidents et les bénévoles du Comité des Fêtes dans le parc de la mairie, à l’occasion du 50e anniversaire de la création officielle du Comité des Fêtes

Pour voir cette image agrandie
vers l'agrandissement

 

 

 

2005 - les 50 ans du CDF - les présidents successifs

Yvonnick Humeau, de 1988 à 1990 / Alphonse Leray / Gaby Chiron, de 1978 à 1984 / Claude Bujard, de 1984 à 1988 et de 1990 à 1998 / Gérard Brousseau, de 1998 à 2004 / Toto Barré / Gaby Tricoire, de 2004 à 2011
ont également été présidents : Alphonse Dupuis, de 1955 à 1970, et René Cousseau, de 1970 à 1978

 

 

2005 - les 50 ans du CDF - les bénévoles du CDF

debout : Jean-Luc Reigner / José Da Silva / Georges Gambert / Jean Forcier / Guy-Claude Sécher / Dominique Frottin / Guillaume Raffegeau / Daniel Giet / Franck Clémenceau / Dorothée Bricard / Fabien Douet
accroupis : Gérard Brousseau / Gaby Tricoire / Jean-Luc Hamard (et Ambre)

 

 

Le concours du plus gros mangeur de boudin

Cela consiste, sur podium, devant le public et un jury, à manger un boudin attaché au bout d’une ficelle, les mains dans le dos. Le plus rapide est déclaré vainqueur. La tradition perdure.

 

"En cette période d’automne, les dégustations de toute nature figurent en première place au programme des fêtes.
Nous avons eu la fête du vin, la fête des marrons et, dimanche prochain, toute la région choletaise se donnera rendez-vous à Saint Léger pour la traditionnelle fête des boudins.
Cette fête a bonne renommée. C’est l’occasion de déguster, devant une bonne bouteille de vin nouveau, les boudins tout chauds sortis de la poêle et l’on en mangera dimanche quelques mètres !
La fête des boudins est certainement une des réjouissances populaires les plus goûtées de la région.
A cette occasion, le comité des fêtes a organisé, avec le Concours de l’Union Cycliste Choletaise, une course cycliste régionale dont le départ sera donné à 14h.
A 16h30 aura lieu le grand concours de "mangeur de boudins" doté de prix fort intéressants.
Ce concours est ouvert à tous.
En matinée et en soirée, sur parquet ciré, se tiendra un grand bal avec le concours de l’orchestre "Richard-Rythme".
Un service de car fonctionnera toute la journée jusqu’à 1 heure du matin entre Cholet et Saint Léger."

Ouest-France - octobre 1951

 

Caricature de l’époque
samedi 27 octobre 1951

 

 

"Nous avons dit le gros succès remporté cette année par la traditionnelle fête des boudins, placée sous le patronage d’Ouest-France. La petite bourgade avait rarement connu une telle ambiance. Ce fut une fête jeune et naturellement joyeuse.
Et l’on y mangea bien puisque, au soir, il ne restait pratiquement plus un gramme de boudin dans les cafés du pays. Les longs chapelets (appétissants) accrochés aux plafonds avaient été engloutis. Il ne restait plus que de délicieuses senteurs en provenance des cuisines.
Les barriques de muscadet avaient, elles aussi, été mises à rude épreuve.
La nuit était venue depuis longtemps, mais les cars en provenance de Cholet et des communes de la région continuaient à amener des visiteurs. Aussi le bal fut-il littéralement envahi. On dansa au son d’un excellent orchestre jusqu’aux premières heures du matin. Beaucoup de jeunes se trouvaient là, mais aussi des anciens qui y allèrent de leur danse. Ce n’est pas tous les jours la fête… Dans les cafés voisins, l’on chantait et l’on riait en choquant les verres.
Saint Léger ne s’endormit donc que très tard. L’ambiance était si bonne que l’on ne se quittait qu’à regret.
Renouvelons nos compliments aux organisateurs et… vive la fête des boudins 1953 ! »

Ouest-France - octobre 1952

 

Caricature de l’époque
"la Fête des Boudins" à Saint Léger

 

 

Pendant plusieurs décennies, l’équipe de bénévoles du Comité des Fêtes organisait chaque année une course cycliste et un traditionnel bal public dont le bénéfice finançait le repas des Anciens, au mois de novembre, repas des Anciens encore aujourd’hui (en 2006) financé et animé par le Comité des Fêtes.

 

 

1997 - repas des anciens
Claude Bujard, président, félicitant le doyen de l’assemblée Lucien Augereau

 

 

1997 - repas des anciens
Eugène Audusseau au micro / à gauche, Jean Jadeau
à droite, Lucien Augereau / de dos, Raymond Loizeau

 

 

Maurice Richard, l’intarissable animateur

 

 

1999 - repas des anciens
Le doyen, M. Raimbault et Claude Bujard, président

 

En 2000, à l’occasion de la Fête des Boudins, est dévoilée la fresque de la salle des sports bleue.

 

2005 - Halloween
Durant le week-end de la Fête des Boudins, on fête aussi Halloween.
Maquillées, ces quatre petites filles gardent leur anonymat.

 

 

Chaque année, lors de la Fête des Boudins, des artistes sont invités.

 

Citons Evelyne Leclerc en 1988, Sophie Darel en 1992, C. Jérôme en 1993, Michel Delpech en 1997 et Les Forbans en 1998. En 2003, ce sont deux Saint Légeois, Karine Audusseau et Arnaud Da Silva, qui interprètent une comédie musicale.

 

 

La voiture présidentielle
C’est une française, "à l’américaine". Elle assure la publicité à travers l’agglomération.

 

 

La Fête de l'Été

La Fête de l’Eté, devenue de plus en plus importante, est très appréciée du public, avec ses jeux champêtres tout l’après-midi, où les groupes constitués s’affrontent dans la joie et la bonne humeur.
Bien sûr, buvette et animation permanentes, dîner champêtre, avec cochon grillé et mogette, bal populaire et magnifique feu d’artifice.

 

 

2006 - fête de l’été
Les jeux de plein air sont appréciés des petits comme des grands !
Ici, le tir à la corde, jeu très ancien et toujours d’actualité !
Enfants ou adultes, ce sont toujours les plus forts qui gagnent…

 

 

Les cotons-tige… quelque peu disproportionnés !
Les concurrents s’affrontent sur une poutre au-dessus de l’eau.
Le plus fort ou le plus adroit envoie l’autre au bain.

 

 

Le baby-foot géant
Même jeu, même règlement, même finalité que le baby-foot : marquer des buts !

 

 

La glissade
Comme le saut en longueur, celui qui ira le plus loin sera déclaré vainqueur.
Cela suppose de plonger sur ce support plastique recouvert d’eau et de savon.

 

 

Nos abeilles, Jean-Luc et Daniel
Avec à chaque fois un déguisement différent,
nos deux compères parcourent la foule et proposent la bourriche à gagner.

 

 

Tournez, manèges ! Depuis tôt le matin jusqu’au soir,
deux gros cochons tournent sur le grill au-dessus de la braise.

 

 

La découpe, avant le service du repas champêtre qui rassemble 5 à 600 convives

 

 

La file d’attente, parfois longue ! … attente toujours dans la bonne humeur
avant de se régaler avec le porc grillé, la mogette ou les frites

 

 

Avant le feu d’artifice, place à la danse

 

 

 

 

2003 - les miss "Saint Léger"
Chaque année, jusqu’en 2003, les miss étaient renouvelées.
Les candidates étaient élues par un jury.
Ici, de gauche à droite : Nadège, Angélique, Audrey et Kelly

 

 

Pour récompenser les bénévoles qui donnent un coup de main
(ils sont nombreux et indispensables)
le Comité des Fêtes organise et leur offre une soirée-détente-dîner-danse
(costumée, SVP !) avec un thème différent chaque année.
Ici, on reconnaîtra les Dalton et Lucky Luke.

 

 

 

2008 ou 2009
Au repas des Anciens sont invités gratuitement les habitants de la commune âgés de 65 ans et plus.
Maguy Brochet / Marie-Jo Robineau / Germaine Bénard
Monique Damart / Bernadette Damart / Monique Giet / Sylvie Reigner

 


 

Depuis 2011, la commune finance en grande partie le repas des Anciens.

 

20 novembre 2011 - Augustine Moreau et Monique Chiron - Augustine aura 100 ans le 22 novembre.

 

Roger Marchand - Véronique Dubos, présidente du Comité depuis 2011
Maurice Richard - Gérard Godreau - Augustine

 

derrière Augustine, Stéphanie Limousin et Véronique

 

Christian Usureau (le plus jeune) - Raymond Loiseau (92 ans - le plus âgé)
Mimi Marchand (la plus jeune) - Augustine Moreau
derrière : Jérémy Coignet (le plus jeune du Comité des Fêtes) et Véronique Dubos

 


 

18 novembre 2012 - repas des Anciens offert par le Comité avec participation de la commune
une chorale improvisée par les invités

 

l'heure des récompenses !
Alphonse Leray, 88 ans, le plus âgé
Mado Godineau la plus jeune, Jean-Claude Bacle le plus jeune,
Véronique Dubos présidente du Comité, entourent la doyenne Augustine Moreau, 101 ans.

 

Les membres du comité, avec les animateurs, ont entretenu l'ambiance.

 

Alphonse Leray, 88 ans, tout à la surprise d'être le doyen.
Il bat le record des participations :
en 1955, il est membre du 1er Comité à qui l'on doit la création de la fête.
Il participe donc avec son équipe, puis est invité en tant que maire,
jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge d'être invité avec les aînés.

 

Augustine a interprété, de mémoire, sa Berceuse du Rêve Bleu

 


 

article de Ouest-France du 24 août 2013

 

 


 

16 novembre 2014 - la Chorale de l'Amitié, animé par Jean Coulonnier

 

Jean-Pierre Joselon, 1er adjoint, et madame / madame et Jean-Paul Olivarès, maire

 

Maurice René pousse la chansonnette
derrière lui, Bernard Dixneuf lui succédera

 

une partie de gens de l'ombre, en cuisine :
Yolande Jadeau / Johan Limousin / Georges Gambert / Bruno Beau

 

Alphonse Leray (90 ans - le doyen) / Marie-Antoinette Tricoire (94 ans - la doyenne)
Bernard Biotteau (le plus jeune) - Jeanine Merlet (la plus jeune)
derrière eux : Jérémy Coignet et Véronique Dubos

 

Stéphanie Limousin et Yolande Jadeau, tout sourire

 

Alphonse Leray lit le petit mot de remerciements qu'il a préparé

 

 

la tablée du Comité des Fêtes

 

le Comité des Fêtes en chanson

 


 

22 novembre 2015 - une partie du Comité des Fêtes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annick Kalsch

 

Bernard Dixneuf

 

 

la Chorale de l'Amitié

 

 

 

à gauche, les jeunots : Bernard Biotteau et Jeanine Merlet
à droite, les doyens : Alphonse Leray (91 ans) et Marie-Louise Lefort (90 ans)
derrière eux : Véronique Dubos

 


 

20 octobre 2016 - pour la première fois, le repas a lieu dans la nouvelle salle des fêtes de la Prairie

 

après la 61e édition de la Fête du Boudin du 30 octobre dernier, 167 convives étaient rassemblés

 

le duo Cyel, sur la scène

 

 

Yolande et Anthony, qui officiaient à la cuisine

 

Michel, Jean-Pierre et Catherine, trois des serveurs

 

 

 

 

Maurice pousse la chansonnette

 

assis devant Véronique Dubos et Bastien Caillet (vice-président)
à gauche, les jeunes : Jean-Pierre Charrier et Jacqueline Bigard
à droite, les doyens : Marie-Louise Lefort (91 ans) et Alphonse Leray (92 ans)

 


 

19 octobre 2017 - trois travailleurs de l'ombre : Anthony Letheule, Yolande Jadeau, Johan Limousin

 

 

 

 

 

le duo Chante et Danse

Jean-Claude Plancke et "Les Corons", jolie chanson "de chez lui"

 

Marie-Thérèse Bizon à son tour pousse la chansonnette

 

la Chorale de l'Amitié, dont la présidente est Monique Chiron, tout à fait à gauche

 

article du Courrier de l'Ouest du 22 octobre 2017

 

assis devant Jean-Paul Olivarès, Valérie Morillon et Jean-Pierre Joselon
à gauche, les benjamins de 67 ans : Jean-Pierre Charrier et Delmira Da Almeida
à droite, les doyens : Marie-Louise Lefort (92 ans) et Alphonse Leray (93 ans)

 

pour voir un agrandissement vers l'agrandissement

 

 

pour voir un agrandissement vers l'agrandissement 

 


 

25 novembre 2018

 

municipalité et comité des fêtes : Franck, Dominique, Georges, Véronique, Benoit, Jean-Pierre, Bruno

 

 

 

 

 

 

 

 

la Chorale de l'Amitié

 

assis devant Claire Bimier, Jean-Paul Olivarès, Véronique Dubos et Jean-Pierre Joselon
à gauche, les benjamins de 67 ans : Monique et Jean-Paul Delrue
à droite, les doyens : Marie-Louise Lefort (93 ans) et Alphonse Leray (94 ans)

 

à droite d'Alphone Leray, Jean Tignon et Marie-Juliette Tanguy, qui lui ont succédé comme maires

 

 

 


 

dimanche 24 novembre 2019

 

les préparatifs

 

Anthony aux fourneaux

 

 

 

la chansonnette...

 

la Chorale de l'Amitié - pour voir un agrandissement vers l'agrandissement 

 

les organisateurs : le Comité des Fêtes et la municipalité

 

pour voir un agrandissement vers l'agrandissement 

 

 

"Dimanche, la municipalité a convié les aînés âgés de 68 ans et plus de la commune, à venir partager un repas musical à la salle de la Prairie. Il a réuni 141 convives.

« Ce temps d’échange convivial marque un signe de reconnaissance pour une partie de la population qui a fait grandir Saint-Léger », souligne le maire, Jean-Paul Olivarès. Le repas est préparé par Anthony Letheule, chef cuisinier du restaurant scolaire, secondé par Kristel Coreau. « Je compose le menu selon mes intuitions du moment. Je l’adapte par rapport à la saison. Pour le plat principal, j’alterne un an sur deux la viande et le poisson. » Les élus et les membres du comité des fêtes ont assuré le service.
Marie-Louise Lefort, 94 ans, était la doyenne. Côté masculin, le privilège revenait à Alphonse Leray, 95 ans. Le doyen a été maire de la commune de mars 1965 à mars 1989. Chez les plus jeunes, la palme revenait à Monique Dabin et Gabriel Landreau, tous deux 68 ans. Les animateurs, Jacques et Corinne, ont fait chanter et danser les convives. « Nous changeons de répertoire tous les ans en reprenant des chansons des années 30 jusqu’à aujourd’hui. Nous privilégions la variété française. Même si les tubes des années 60-70 restent prisés, on s’aperçoit que le répertoire des chanteurs actuels est de plus en plus demandé. »

Le Courrier de l'Ouest du 28 novembre 2019

derrière eux, Isabelle Puisset (comité des fêtes), Claire Bimier (adjointe) et Jean-Paul Olivarès (maire)

 

 

 

 

 

la page Facebook du Comité des Fêtes ici

 

 

 

vers le sommaire

retour au sommaire

la suite par ici