t le gothique s'éleva dans le orvan

des mains d'un méricain de 91 ans

 

 

Il s'agit d'un article du Journal du Centre du 28 octobre 2018, signé Sylvie Anibal :

"Dans le petit hameau de Changemois, au coeur du Morvan, il était une fois un homme qui construisait une bâtisse en pur style gothique.

Voilà l’alerte Donald Russell, 91 ans, qui traverse à grandes enjambées le terrain. Chapeau de paille vissé sur la tête, chemise à carreaux, pantalon de couleur claire. Le voici prêt à raconter son histoire, ou plutôt l’histoire de son projet : construire une bâtisse pur style gothique.

Cet Américain, paléontologue et chercheur, venu en France, à Paris en 1956, est un bâtisseur. Un bâtisseur par amour et passion de l'art gothique. En voici l'histoire.

 

Donald Russel (à gauche) et son fils Sam devant le chantier dans le hameau de Changemois © Christophe Masson

 

"J’étais passionné par l'art gothique, et c’est là, en Ile-de-France, qu'il est né. Pour moi, il n’y a rien de plus beau. Mais, c’est le gothique rayonnant qui me plaît, pas le flamboyant qui est trop chargé."

Alors, il suit des cours d’architecture à la Sorbonne à partir de 1985, sans l’objectif d’obtenir un diplôme. Parfait. Une passion donc qui débouche sur une connaissance proche d’un expert. Mais, cela ne peut s’arrêter là.

En 1992, lorsque sonne l’heure de la retraite, lui vient l’idée de construire un édifice pur style gothique. Croyez-vous que Donald Russell fasse alors appel à des bâtisseurs ? Non. En 1993, il se lance dans le traçage des plans de son futur ouvrage. Il les réalise tous. Et en 1994, il taille les premières pierres. Puis continue pendant plusieurs années.

Bien, mais il faut un terrain. "Mon père a acheté ici, en 2008, pas loin de moi qui habite à Montigny-en-Morvan depuis 1986.", explique Sam, son fils. "Nous aimons cette région. C’est beau, un peu sauvage, les gens sont sympas, c’est calme au milieu de toute cette nature."

Alors dès 2008, les travaux de fondations commencent. Mais, c’est presque trop simple. Il construit, aussi, un tunnel qui part de la cave de sa maison pour rejoindre la cave de la future bâtisse.

 

Donald Russell, paléontologue et chercheur américain, en France depuis 1956, taille les pierres de l'édifice depuis 1994. Un travail qu'un chef de chantier à Guédelon a apprécié.

 

Dans les pièces déjà réalisées, tout un bestiaire décore les murs de la bâtisse, comme cette chauve-souris.

 

Depuis dix ans, il continue de tailler des pierres, aidé de son fils, à qui il manque une main. "On a fabriqué une espèce d’outil que Sam met au bout de son bras ce qui remplace le marteau." Quelle famille ! Quelles inventions pour toujours aller au bout du rêve du père !

"J’ai mis deux ans pour les fondations, puis j’ai commencé la tour, les marches, la cave, le cloître. Tout cela était fini avant mes 90 ans. Pour finir totalement le sous-sol, il faudra encore quelques années...", dit Donald Russell.

Aujourd'hui, le sous-sol est quasiment terminé. Le chantier s'attaque à ce qui correspond au rez-de-chaussée. Et tout se terminera avec la tour qui culminera à 10 mètres du sol.

S’il ne voit pas la fin de son projet, il sait que son fils continuera son œuvre."

 

exceptionnel !
la pièce principale du sous-sol, une réalisation faite avec la règle d'or

 

Chaque recoin de la construction présente des détails: des visages de la famille ou d'amis, des têtes d'animaux... comme celles d'un chat et d'un ours qui permettent d'ouvrir une porte secrète dans la pierre..

.

 

Donald Russell a sculpté toutes les têtes, toutes les pierres. 

 


 

 

 

a belle histoire

ère et fils unis dans la construction
d'une bâtisse gothique dans le orvan

 

 

12 décembre 2020 - Il s'agit ici d'un article de La Montagne signé à nouveau Sylvie Anibal :

"Donald Russell, un vieux monsieur de 93 ans, n’a jamais abandonné son rêve. En plein cœur du Morvan, dans la Nièvre, cet Américain, paléontologue, curieux de tous les arts, s’est fait architecte pour construire une bâtisse gothique. Il vit chaque jour une passion dans laquelle le suit son fils, Samuel.

 

 

Le bon air du Morvan peut enivrer. Mais lorsque l’on traverse le minuscule lieu-dit Changemois sur la commune de Saint-Léger-de-Fougeret (Nièvre), ce n’est pas une hallucination. Sur un terrain, en surplomb de la petite route, derrière quelques beaux arbres, une bâtisse pur style gothique du XIIIe siècle s’élève.

Pour en voir plus, il faut emprunter un raidillon et nous voilà sur la propriété de Donald Russell. C’est lui le bâtisseur. Un monsieur de 93 ans, né aux États-Unis, qui est en train de vivre son rêve, non pas planqué derrière des plans, mais en mettant la main à la pâte dans cet incroyable chantier.

Quand Donald Russell, né en 1927 dans l’Idaho, arrive en France en 1956 avec son épouse et ses deux enfants ,dont Samuel alors âgé de 2 ans, il s’installe à Neuilly. Paléontotologue et chercheur, il se prend de passion pour l’art gothique. "Je me trouvais là où était l’art gothique, en Île-de-France. Pour moi, il n’y a rien de plus beau. Mais c’est le gothique rayonnant qui me plaît, pas le flamboyant qui est trop chargé." Curieux, érudit, méthodique, il décide en 1985 de suivre des cours d’architecture à La Sorbonne. Sans le souhait d’être diplômé, juste pour connaître et maîtriser les volumes, l’espace... Jusqu’à devenir un expert..

Tracer des plans

En 1992, à 65 ans, il prend sa retraite. C’est là qu’il plonge sans retenue dans sa passion et son rêve : construire un édifice pur style gothique. Un an plus tard, le voilà en train de tracer les plans de son futur ouvrage. Tout est milimétré. Il sait où sera placée chaque pierre, comment s’articuleront les pièces, où seront installées les fenêtres... Et que décide-t-il? D’apprendre à tailler la pierre ! Il en taille beaucoup, jamais au hasard puisque tout est déjà construit tant sur le papier que dans sa tête.

Mais où ériger cette construction ? Dans le Morvan. En fait, à quelques kilomètres de son fils Samuel qui depuis 1986 habite à Montigny-en-Morvan, avec sa femme. Alors dès 2008, les premiers coups de pioche pour le chantier sont donnés. Les fondations commencent. Dans cette aventure monumentale, il entraîne son fils qui devient chef de projet.

Son fils, Samuel, chef de projet

Une mission qui ne l’effraie pas face à l’ampleur de ce chantier hors du commun. Samuel n’en est pas à sa première expérience de ce type mais dans un tout autre registre, à des milliers de kilomètres du Morvan.

Ingénieur à la retraite depuis quelques années, il a déjà occupé un poste de chef de projet pour une ONG au Vietnam. "Avec Vietnam Children’s Fund, pendant vingt-six ans, j’ai construit des écoles pour les minorités ethniques dans les montagnes. J’ai vécu des années fabuleuses. C’était toute une aventure de voyager dans ces terres, de voir vivre les gens dans une vie qui n’a pas changé depuis des centaines d’années. Et la satisfaction, c’était de voir que de ces écoles sont sortis des ingénieurs, des docteurs…", explique-t-il.

L’éducation, la transmission, le partage, la connaissance, c’est bien ce qui anime ce chantier à Changemois où Donald Russell et son fils ont mis en route tout un environnement qui va au-delà de la construction. L’année dernière, devant l’ampleur de ce projet, une association a alors été créée, Opus gothique, dont Samuel est le président. Car pour tout coordonner entre bénévoles, artisans et toute la ruche humaine qui s’intéresse à cette bâtisse depuis 2008, il fallait une structure juridique pour ce chantier participatif. Grâce à l’association, il est possible de recevoir des dons, des prêts, des subventions, et de bénéficier de mécénats. "Cette bâtisse est une œuvre d’art, pas une maison d’habitation. Ici, c’est classé atelier de sculpture", rappelait l’année dernière la secrétaire et trésorière de l’association.

Ce lieu, creuset d’une aventure patrimoniale et humaine, est devenu un véritable support artistique et culturel avec, par exemple, une salle de formation où des séminaires pourront être organisés et des stages envisagés. Sans oublier qu’en tant que chantier-école, des élèves pourront être accueillis.

2020, une année au ralenti

Mais, cette année 2020 aura vu ces lieux vivre au ralenti, les mesures sanitaires et le confinement dû au Covid-19 ayant été quasiment ininterrompu. "Cette année, forcément tout a été très calme. Nous avons eu seulement huit bénévoles en juillet et en août, alors que depuis le début nous sommes plutôt à une trentaine d’avril à octobre. Mais on a avancé quand même. On a commencé une pièce avec une voûte, et aussi la cave à vin. On a construit une porte pour accéder au deuxième tunnel secret encore en projet. Mais d’abord, nous allons finir l’édifice", précise Samuel Russell.

Son père, encore confiné en région parisienne avec son épouse, avait quand même continué de tailler une cinquantaine de pierres pour la terrasse de l’entrée principale cet été. "Il est un peu agacé car il est confiné. Il ne faut pas que cela dure trop longtemps car cela l’affaiblit", constate Samuel. Ce confinement vient couper un rythme où il y a toujours eu beaucoup d’énergie. "Moi, je suis toujours là. Je taille les pierres en ce moment pour la petite arche de la porte secrète dans la cave à vin. J’ai refait le chemin avec du gravillon car cela était assez boueux. Je fais aussi du rangement. Je garde les lieux propres pour que l’on puisse redémarrer le plus rapidement quand cela sera possible."

Contact. 06.95.46.92.83. ; contact@changemois.org

 

 

 

 

https://www.stleger.info