les croix à Saint Léger

 

Six croix existaient sur Saint Léger, quatre subsistent encore, plus une statue de la Vierge au Pas-Mortagnais (vous la verrez à la page des rogations).

 

celles qui ont disparu :

 

le grand calvaire (1855)

Edifié en 1855, sur la route du May également, pour peut-être remplacer la petite croix qui a laissé son nom au quartier dit de la Croix, c'était un calvaire monumental, fermé par un portail en fer forgé donnant accès à un double escalier, entouré de 12 colonnes représentant les 12 apôtres, montant en demi-cercle vers l'autel sur lequel était fixée une grande croix de 4 à 5 mètres de haut, en bois, où reposait un christ.

En 1886, d'importants travaux de restauration furent entrepris et la croix relevée. Madame Lefort, veuve du boucher, demeurant à proximité, a payé le christ. Le curé Humeau a payé le bois de la croix provenant de la forêt de monsieur de la Blottais, de Gesté. Les pierres de granit formant l'entablement provenaient d'un ancien calvaire du Bas Saint Léger. Une quête paroissiale a servi à payer les autres frais.

En 1914, de nouveaux travaux de restauration ont coûté la somme de 353 francs, puis en 1933, en raison de son état, la croix est descendue.
Un nouveau calvaire en ciment est construit après la Mission de 1936 par M. Trébouril, entrepreneur à Cholet, et la croix est remplacée. Il est béni le 19 septembre 1937 par Dom Sortais, père abbé de Bellefontaine. Un christ argenté est posé sur la nouvelle croix.

Démonté en 1969 en raison de son état de ruine, il ne sera pas reconstruit, la foi des paroissiens ne permettant plus de financer le coût des travaux.

 

le calvaire - carte postale oblitérée en 1930

 

la croix de la Roussière (1938)

Elle était située sur la route du Pontreau, au carrefour de la route qui mène à la ferme de la Roussière. Elle aurait été offerte par M. Cesbron-Lavau, propriétaire de la ferme de la Roussière.
Elle fut bénie le 25 septembre 1938. Un christ fut mis en place lors de la mission de 1946, après les vêpres du dimanche 6 octobre, lors d'une cérémonie présidée par l'archiprêtre de Notre-Dame de Cholet, assisté du curé du Sacré-Coeur et des aumôniers du Carmel. Ce sont les prisonniers rentrés de la guerre qui portèrent le christ à travers les rues jusqu'à la Roussière où il fut fixé sur la croix.
Tous les paroissiens suivirent le parcours où des décorations avaient été placées à chaque sortie de chemin.
La croix de la Roussière fut détruite par la tempête en 1975, le bois à la base étant pourri.

 

 

 

celles qui existent toujours :

 

la petite croix du bourg, ou la vieille croix

C'est la plus ancienne de la commune, la plus travaillée, mais aussi la plus mystérieuse. Quelle est son histoire, d'où vient-elle ?

Elle pourrait dater, dit-on, de 1650, date de construction de la première chapelle du bourg.

Depuis 1970, elle est placée au rond-point face au bar des Mauges. Elle est formée de 3 parties :

 

1991

 

 

Pour tenter de connaître son origine, plusieurs hypothèses ont été envisagées, sans qu'aucun élément tangible ne vienne les étayer. Il existait autrefois une croix qui a donné son nom au quartier dit "de la Croix". Est-ce la même que l'on retrouve aujourd'hui sur ce rond-point, après de nombreuses pérégrinations dans le bourg ?

Ce qui paraît à ce jour le plus vraisemblable : il pourrait s'agir de cette croix qui figure sur le vieux cadastre, dit napoléonien - voir
Lors des travaux de percement de la route départementale 17 vers le May, vers 1840, elle é été démontée et déplacée, mais où ?
Il a été dit qu'elle aurait trouvé place près de l'école des filles - aujourd'hui école Saint-Charles - et ainsi donné le nom de l'impasse de la Croix actuelle. Pourquoi pas ?

Lors de la construction de l'école privée, elle aurait à nouveau été déplacée et implantée dans le mur du fond de l'ancien cimetière, perpendiculaire à l'actuel.
Vers 1966, le mur en ruine menaçait de tomber. Pour préserver la croix, l'abbé Gallard, curé de Saint Léger de 1961 à 1972, l'aurait entreposée dans la cour du presbytère, jusqu'à ce qu'elle soit installée par la commune à son emplacement actuel, à la place de la bascule à bestiaux et à charrettes de foin et de paille, où on peut la contempler.

Il faut le redire, ce sont des suppositions, aucune archive à notre connaissance ne pouvant confirmer ou infirmer cette hypothèse qui nous paraît toutefois la plus vraisemblable.

 

 

la croix du monument aux morts

Elle fut construite vers les années 1885 sur l'initiative de la commune pour être placée dans le "nouveau cimetière", sur le budget "clôture du cimetière".
Vers les années 1920, une plaque portant les noms des combattants morts pour la France fut apposée sur la socle, en faisant le monument aux morts de la commune.

 

2009 - dans le cimetière

2013 - place des Anciens Combattants

 

L'ensemble restauré avec une nouvelle plaque à jour de tous les noms a été déplacé à l'entrée nord du cimetière, permettant ainsi le bon déroulement des cérémonies commémoratives.

 

 

la croix de la Rivière

 

 

Sur la route du May, face à la ferme du même nom, elle date du Jubilé de 1886. La date y est inscrite, ainsi que deux noms : Raimbault, propriétaire du terrain de la Rivière où fut édifiée la croix, et qui l'a cédé, et Humeau, qui fut curé de la paroisse de 1881 à 1934. Elle est ouvragée et repose sur un grand socle de granit.

 

2020 - Un contournement va permettre de raccorder directement la route du May à la 2x2 voies Beaupréau-Cholet, au niveau de l’échangeur de la Poissardière.

La croix de la Rivière va être déplacée de quelques mètres. Elle sera visible du chemin de randonnée tout proche.

 

 

 

la croix du rond-point de Saint Macaire

Installée à l'occasion du retour de la Mission 1936, qui eut lieu du 19 septembre au 3 octobre 1937, elle est offerte par Mme Aveneau, propriétaire du manoir du Landreau, actuelle mairie.
C'est le dimanche 26 septembre 1937, aux vêpres, qu'eut lieu la procession à la nouvelle croix, bénie par le révérend père Bidet.
Ronde, sur son socle de granit est inscrite la date du Jubilé 1937.

 

 

Elle était située à l'embranchement de la route de Saint Macaire et du chemin qui menait au Landreau. L'urbanisation ayant bouleversé le paysage, elle a été légèrement déplacée en 1982 pour être posée près du rond-point de St Macaire.

 

 

vers l'accueil

retour à l'accueil

page suivante

la suite par ici

vers "jours de fêtes"

jours de fêtes

jours de travail

vers "jours de travail"