SAINT LÉGER SOUS CHOLET - LA MÉTAIRIE DE LA CROIX

LES FAMILLES TESSIER DE LA MOTTE, THARREAU et RÉVELIÈRE

marchands, négociants et maîtres de poste

 

 

La métairie de la Croix se situait route du May face à l'ancienne mairie, occupée actuellement par l'école privée Saint Charles. En faisait partie le pré nommé la Chaintre de la Croix, d'une superficie de 20 ares environ, sur laquelle Joseph BARRAULT, fabricant à Saint Léger, a fait construire sa maison. C'est la grande maison actuelle, à gauche du Centre Social Intercommunal.

 

cadastre de 1834 - section G4
source :
http://www.archives49.fr/acces-directs/archives-en-ligne/plans-cadastraux-napoleoniens
Vous y trouverez tous les plans cadastraux de 1834 concernant Saint Léger.

 

 

Joseph BARRAULT avait acheté ce terrain vers 1860 à Louis GOUREAU, propriétaire à Saint Léger, qui se trouvera être le premier maire de la commune. Il tenait lui-même ce terrain de la famille TESSIER DE LA MOTTE par achat, vers 1840. Anatole Stéphane Gonzalve TESSIER et son frère, demeurant à Paris, avaient recueilli ce bien par héritage de leurs parents Cyprien Marie TESSIER DU MOTTAY et son épouse Victoire Virginie THARREAU DE LA BROSSE.

Ainsi il est intéressant de constater que l'on trouve ici réunies deux importantes familles de fabricants et négociants du début du 19e siècle, familles aisées de petite noblesse, comportant de nombreuses branches. Elles furent mêlées à plusieurs évènements de la vie publique, évènements parfois dramatiques au cours de la Révolution et dans les périodes qui suivirent. Le résultat de quelques recherches les concernant mérite d'être rapporté.

Tout d'abord la famille TESSIER DE LA MOTTE (ou DU MOTTAY). Cyprien Marie TESSIER DE LA MOTTE est né le 18 mai 1792 aux Rosiers sur Loire, dans une famille aisée. Son père Gilles Toussaint TESSIÉ DE LA MOTTE est dit "bourgeois", ce qui dénote une certaine aisance, mais il était principalement maître de poste et négociant, comme ses ancêtres et toute sa famille qui avait presque le monopole de cette profession entre Angers et Saumur, par la levée de la Loire. Dans cette famille, comme dans beaucoup d'autres corporations, les alliances se faisaient très souvent entre cousins, nécessitant à chaque fois une dispense de l'évêque et même du pape, en raison de la consanguinité des conjoints, dispense qui permettait la diffusion d'un seul ban au lieu de trois.

Cyprien Marie TESSIER est dit négociant lorsqu'il a épousé à 23 ans, le 4 novembre 1815 à Cholet Victoire Virginie THARREAU, issue d'une importante et vieille famille de négociants choletais. Le père de Victoire Virginie, Amable Jean THARREAU, était devenu propriétaire du château du Bois Grolleau, ayant appartenu autrefois à la famille de Villeneuve. Le château fut le théâtre de nombreux combats, notamment le 17 octobre 1793, les 8 février et 8 mars 1794, incendié et pratiquement détruit. Les travaux de reconstruction furent entrepris par Amable Jean THARREAU au même emplacement, puis achevés par son gendre Cyprien Marie TESSIER. En 1860, Anatole TESSIER, son fils, a vendu le château à M. DESCHAMPS, filateur à Cholet.

En 1830, l'annonce de l'abdication de Charles X et la proclamation de Louis-Philippe comme roi des Français sèment la consternation chez les royalistes légitimistes du Choletais. Les libéraux au contraire pavoisent. Dès le 7 août, le conseil municipal de Cholet démissionne. M. TURPAULT est nommé maire provisoire mais refuse de prêter serment au nouveau roi, il démissionne.

 

 

 

Cyprien-Marie Tessier-Tharreau
maire de Cholet de 1830 à 1838

 

Louis-Philippe (1773-1850)
dernier "roi des Français"

 

Le 10 août 1830, un nouveau conseil est nommé. Cyprien Marie TESSIER-THARREAU, de tendance libérale, est installé maire, nommé par une ordonnance royale du 28 septembre 1830. Il prête le serment de fidélité au roi. Le drapeau tricolore remplace le drapeau blanc sur les monuments publics de la ville. La Révolution de 1830 a ravivé les vieilles rancunes anti-religieuses, dressant les uns contre les autres légitimistes et royalistes, à tel point qu'il sera interdit de sonner les cloches pendant 12 jours, en avril 1831. Pendant tout son règne, Louis-Philippe sera confronté à de nombreuses tentatives de soulèvements en Vendée et dans les Mauges. Pour les contrer, il fit construire de nombreuses routes droites, sensées permettre la pénétration rapide de troupes chargées de maintenir l'ordre.

Cyprien Marie TESSIER-THARREAU se rendait très souvent à Paris pour ses affaires et y avait ses habitudes. C'est à l'hôtel du Danemark, 38 rue Mazarine où il logeait, qu'il a été assassiné le jeudi 29 mars 1838 pour des raisons crapuleuses, d'après ce que devait déterminer l'enquête menée par le commissaire de police du quartier de la Cité.

L'auteur de ce crime, Jules Joseph Guérin, ouvrier serrurier de 19 ans, fut condamné le 15 juin 1838 par la cour d'assises de la Seine aux travaux forcés à perpétuité et à l'exposition. Cette peine infamante, qui consistait à montrer le condamné au public, fut abolie en 1848.

 

 

La poste aux chevaux et les maîtres de poste

 

Aussi loin que l'on remonte dans la première moitié du 17e siècle, on retrouve des marchands et maîtres de poste, ancêtres de la famille TESSIER. Ils ont exercé ces professions dans le Val de Loire, principalement entre Angers et Saumur. Tous étaient honorablement connus de par leur profession et leur fortune, fruit de leur travail. Déjà à cette époque, les mariages étaient célébrés entre familles proches, dans la même corporation de préférence, nécessitant souvent une dispense de l'église pour cause de consanguinité et publication d'un seul ban.

La poste aux chevaux était un service public, les maîtres de poste étaient au service du roi, nommés par lui et payés pour assurer le service. Ils étaient propriétaires de leurs relais avec toutes les dépendances, maison, écuries, chevaux et équipements. Ils avaient à leur service du personnel qualifié (postillons, palefreniers, maréchaux-ferrants et domestiques). Des relations de confiance se tissaient entre le maître de poste et ses personnels qui passaient de longues années au service du même maître. Plusieurs postillons restés toute leur carrière au service de la famille TESSIER ont bénéficié de donation au décès du maître de poste.

La famille TESSIER DU MOTTAY, tout en exerçant et cumulant leurs professions de marchands-négociants et maîtres de poste, ont développé leur activité sur la route et sur la Loire toujours proche, bénéficiant de la présence d'un réseau composé de membres de la famille, de Nantes à Tours.

En 1767, Gilles André TESSIER DU MOTTAY, maître de poste à Saint Mathurin, est venu habiter le château de la Ménitré, ancien manoir du roi René. C'était une construction à trois étages, avec de nombreuses pièces d'habitation et locaux annexes, faisant partie des biens de la couronne royale rattachés au comté de Beaufort. L'inventaire de cette habitation montre qu'elle était occupée par une personne d'un rang élevé. Outre la vaisselle en porcelaine, les lustres en cristal et une bibliothèque de 43 livres d'histoire, existait une écurie avec une vingtaine de chevaux, tout le matériel de harnachement, de forge et de maréchalerie.

 

 

 

Les maîtres de poste bénéficiaient en outre de privilèges et d'avantages, notamment de l'exonération d'impôt comme la taille, ce qui leur sera reproché dans les cahiers de doléances. Ils étaient en outre propriétaires de terres et de fermes qu'ils faisaient exploiter.

En 1789, Louis Clément TESSIER DES SABLONS est maître de poste aux Rosiers avec son cousin Jean Gaigneux. Riches propriétaires fonciers, ils exploitent des terres agricoles avec l'aide de fermiers.

Il semble que la famille TESSIER ait traversé la période révolutionnaire sans dommage, acquise aux idées nouvelles. Louis TESSIER DU MOTTAY fut élu maire des Rosiers en 1789, commandant de la garde nationale en 1793 et président du comité de surveillance en 1794.

Les différentes branches de cette famille : TESSIER DE LA MOTTE, ou DU MOTTAY - TESSIER DU CLOSEAU - TESSIER DES BROSSES - TESSIER DU VIVIER - TESSIER DE LA CROIX - TESSIER DE L'ISLE - TESSIER DES SABLONS - TESSIER DE LA GAUTRAIS.

 

 

Amable Jean THARREAU DE LA BROSSE

 

Victoire Virginie THARREAU, l'épouse de Cyprien Marie TESSIER DU MOTTAY, était la fille d'Amable Jean THARREAU DE LA BROSSE et de Victoire Marie RÉVELIÈRE. Des évènements dramatiques ont marqué ces familles.

Les THARREAU DE LA BROSSE faisaient partie d'une grande et vieille famille de négociants marchands de toile originaires de Bégrolles, près du May, comportant de nombreuses branches (Tharreau de la Moncelière, Tharreau des Germonnières, Tharreau de la Brosse, Tharreau de la Pibolière, etc).

L'attachement de certains à l'ancien régime et à la religion et d'autres ouverts aux idées nouvelles apportées par la Révolution diviseront cette famille, comme ce fut le cas également pour d'autres familles de la Vendée. La famille THARREAU a fourni de nombreux hommes politiques ou militaires à la révolution et à l'empire : un général d' Empire, un député maire de Cholet, un maire du May, un médecin maire de Beaupréau, un procureur-syndic de Bressuire qui devint adjoint au maire d'Angers, un sous-préfet de Loudun, un sous-préfet de Cholet et plusieurs prêtres.

 

 

Jean-Victor THARREAU (1767-1812)
Général d'Empire

 

On ne peut citer la famille RÉVELIÈRE sans évoquer dans quelles circonstances dramatiques s'est déroulé le mariage des parents de Victoire Virginie THARREAU. Gilles RÉVELIÈRE son père et Victoire BAUDUCEAU sa mère se sont mariés en 1765 à Doué la Fontaine. Victoire BAUDUCEAU, fille du sénéchal de la baronnie de Doué, appartenait à un milieu social très différent de celui de son mari, milieu qu'elle semble avoir méprisé. La Révolution divisera ce couple aux idées radicalement opposées et les opposera jusqu'au mariage de leur fille Victoire Marie avec Amable Jean THARREAU. Elle désira et obtint, contre la volonté de son époux, que le mariage de sa fille Victoire Marie soit célébré par un prêtre non jureur. La cérémonie fut célébrée au May en janvier 1792 par l'abbé Coulonnier, curé légitime de cette paroisse. Ce mariage a-t-il été transcrit sur les registres, il n'y parait pas. Le refus de marier sa fille à l'église Notre-Dame de Cholet, ce que désirait le père, fut la cause de son arrestation avec sa fille Renée par le comité révolutionnaire de Cholet le 9 novembre 1793. La famille RÉVELIÈRE, qui était riche, influente et patriote, fit de nombreuses démarches pour les faire libérer, ce qu'elle obtint provisoirement. Mais le 13 janvier 1794 elles sont de nouveau arrêtées puis transférées à Angers. Madame RÉVELIÈRE fut "jugée" et condamnée à mort, puis fusillée au champ des martyrs d'Avrillé le 19 février 1794 (béatifiée le 19 février 1984 comme martyre en raison de sa foi).

Son mari Gilles RÉVELIÈRE ne fut pas témoin au procès de son épouse, se trouvant à Nantes soit disant malade. Il ne semble pas avoir fait beaucoup d'efforts pour tirer sa femme de ce terrible tribunal. Il dut en faire beaucoup plus quand il eut à se défendre devant la commission militaire de Nantes.

Il a été dit que la mort de sa femme avait bien arrangé ses affaires pour poursuivre la liaison adultère qu'il entretenait avec sa servante Marie DUCHESNE, âgée de 21 ans (née 1er novembre 1769 à Cholet). De cette liaison était né un garçon prénommé Gilles Aimé, qui fut reconnu et enregistré sur les registres de l'état civil de Saint Brieuc lors de leur mariage le 17 avril de l'an 2, lui âgé de 61 ans, elle de 24 ans.

Gilles Aimé eut à souffrir de sa position d'enfant illégitime, bien que reconnu par ses parents, mais conçu hors mariage. Au décès de Gilles RÉVELIÈRE le 8 Brumaire an 13, Marie DUCHESNE s'est vu contester par les enfants issus du premier mariage toutes les donations dont l'avait fait bénéficier son mari pour elle et son enfant, à savoir entre autres : un legs de 300 francs de pension pour Gilles Aimé, un legs du quart des biens, reconnaissance en l'an 5 des meubles recouvrés, d'une valeur de 1 360 francs, reconnaissance au contrat de mariage d'une dot de 8 000 francs. Le père de Marie, François DUCHESNE, simple tailleur d'habits, aurait également bénéficié des largesses de son gendre.

Les quatre enfants RÉVELIÈRE issus du premier mariage ont contesté devant la justice le titre d'enfant légitime de Gilles Aimé, disant que c'était un enfant adultérin, conçu et né pendant la durée du premier mariage. La loi ne lui accordait que les "aliments", considérant comme des avantages frauduleux et indirects tous ceux ouverts et déguisés faits à Marie DUCHESNE pour son enfant Gilles Aimé. Ils demandaient que tous ces avantages soient déclarés nuls afin que Marie DUCHESNE en soit totalement privée.

Est-ce intentionnellement que Gilles Aimé n'a pas été inscrit sur les registres lors de sa naissance ? Reconnu lors du mariage de ses parents, la date exacte de la naissance n'a pu être précisée car inscrit à Saint Brieuc plus de 11 mois après la mort de Victoire BAUDUCEAU, rien ne pouvait être prouvé concernant la date de sa naissance.

L'arrêt rendu le 13 août 1806 par la cour d'appel d'Angers semble avoir donné raison en partie aux enfants légitimes :

Extraits de l'arrêt de la cour d'appel d'Angers, pris dans le jugement de la Cour d'appel d'Angers du 13 août 1806 :

"Gilles Aimé RÉVELIÈRE est un enfant adultérin, ont dit les enfants du premier mariage ; il a été conçu, il est né pendant le mariage du sieur RÉVELIÈRE. En cette qualité, la loi ne lui accorde que les aliments.

En conséquence, il faut considérer comme avantage prohibé le legs fait à Gilles Aimé d'une pension de 300 francs. Il faut considérer comme avantages frauduleux et indirects tous les avantages ouverts et déguisés faits à Marie DUCHESNE, mère de Gilles Aimé, comme faits à la personne de Gilles Aimé. Savoir reconnaissance au contrat de mariage de 8 000 francs de dot ; reconnaissance en l'an 5 de meubles recouvrés, valeur 1 300 francs ; le legs du quart des biens. En conséquence, tous les avantages doivent être déclarés nuls et Marie DUCHESNE doit en être totalement privée (...)

Gilles Aimé, inscrit sur les registres au mois de Ventôse an 3, plus de 11 mois après la mort de la première femme, rien ne prouve qu'il soit conçu ni même né du vivant de la première épouse (...)"

Une autre fille de Gilles RÉVELIÈRE et Marie DUCHESNE, Hortense Marie RÉVELIÈRE, est décédée le 10 Messidor an 11 (29 juin 1803) à Cholet Notre-Dame, âgée de 11 mois. Son grand père François DUCHESNE est témoin.

 

 

Le mariage de Victoire Marie RÉVELIÈRE
avec Amable Jean THARREAU
et ses conséquences dramatiques

Au mois de janvier 1792, l'abbé COULONNIER se trouvait toujours au May. C'est lui qui bénit l'union d'un de ses paroissiens, Amable Jean THARREAU DE LA BROSSE, d'une famille patriote, fils de Jean Mathieu THARREAU DE LA MONCELLIÈRE, syndic de la paroisse du May, et d'Anne Jeanne Henriette RICHARD. Il devait épouser une demoiselle de Cholet, Victoire Marie RÉVELIÈRE, la fille de Gilles RÉVELIÈRE, riche négociant, et de Victoire BAUDUCEAU. Cette dernière, d'une grande piété, refusait d'assister aux cérémonies des prêtres assermentés officiant à Notre-Dame de Cholet et ne voulait pas que sa fille s'y marie. Par contre, la père de la fiancée aurait voulu que la mariage fût célébré par la curé intrus de cette paroisse, l'abbé La Crolle, ce que la mère et la fille refusaient.

Le 9 février 1792, Victoire Marie RÉVELIÈRE signait le document suivant :

"Je soussignée Victoire Marie RÉVELIÈRE donne plein et entier pouvoir à M. François Charles THARREAU (frère de son futur époux), demeurant au May, pour moi et en mon nom se transporter au domicile de mon père et lui faire les sommations respectueuses pour consentir à la célébration de mon mariage avec le Sieur Amable Jean THARREAU devant tel prêtre que je jugerai à propos de choisir, d'après la liberté que la nouvelle constitution m'a garantie, en présence des notaires de Cholet qui seront commis par les juges du tribunal de cette ville, sur la requête que je leur ai présentée à cette fin, par le ministère du dit sieur THARREAU, mon fondé de procuration…"

Le même jour, François Charles THARREAU présentait cette requête au tribunal du District de Cholet :

"Demoiselle Victoire Marie RÉVELIÈRE a été recherchée en mariage par le sieur Amable Jean THARREAU, négociant, de l'agrément de ses père et mère et de toute sa famille. Ca parti lui ayant paru convenable sous tous les rapports, elle l'a accepté sous le bon plaisir de ses père et mère. Ceux-ci y ont consenti de la manière la plus généreuse et par suite de l'affection et de la tendresse qu'ils lui ont toujours témoignée et s'efforcera de mériter de plus en plus. En conséquence, son père a lui-même adressé au sieur Lacrolle, curé de la paroisse de Notre-Dame de Cholet, les bans de son futur mariage. La publication a été faite par le curé Lacrolle aux prônes de ses messes paroissiales des 29 janvier, 2 et 5 février, sans opposition. Leur contrat de mariage a été passé le 6 février, en présence et du consentement de ses plus proches parents, qui l'ont souscrit. Par ce contrat, elle reçut une nouvelle preuve d'amitié de ses père et mère, par la convenance de la dot qu'ils lui ont constituée. D'après toutes ces circonstances, elle était bien éloignée de prévoir le moindre obstacle à la célébration d'un mariage dont elle attend son bonheur. Ses père et mère continuent bien, à la vérité, d'y consentir et ne donnent aucun motif de refroidissement contre son futur époux ; mais le différence des opinions religieuses qui partagent la France entière, divisent également ses père et mère et chacun d'eux voudrait qu'elle reçût la bénédiction nuptiale d'un prêtre de son choix. Elle se trouve en conséquence dans une position bien pénible pour son cœur de désobéir à l'un ou à l'autre et ne pouvoir concilier le respect, l'obéissance et la soumission qu'elle doit également à la volonté de chacun d'eux avec son opinion religieuse. La puissance paternelle est la première et la plus respectable. Les lois de l'état même n'entendent et ne peuvent assujettir le domaine de l'opinion. Ainsi elle croit pouvoir choisir le temple et le ministre qu'elle veut rendre témoin de ses vœux. Elle a consulté la charte constitutionnelle que tout Français doit savoir par cœur, elle y a vu qu'une égale garantie était promise à tous les cultes, qu'elle ne distinguait point entre le juif et le chrétien, le protestant et la catholique, le conformiste et le dissident. Il appartenait à la France de donner au monde entier le grand exemple de la liberté pleine, entière et indéfinie de tous les cultes. Nos législateurs, éclairés par l'expérience de tous les siècles, se sont facilement convaincus que par persuasion ne se commandait point. Par la suite de cette conviction, ils ont autorisé tous les cultes, toutes les religions, ce qui suppose nécessairement l'exercice de tous les actes commandés par une opinion religieuse quelconque, lorsque ces actes ne sont contraires aux droits de personne. Or, de quoi s'agit-il ici ? De la célébration d'un mariage qui réunit le consentement de deux familles. Quel en est le ministre désigné par la loi ? Aucun, tous ont une égale compétence. La Nation, en déclarant que tels ministres seraient salariés par elle, ne leur a point attribué la célébration exclusive des mariages. Il doit dont être libre à demoiselle Victoire Marie RÉVELIÈRE de recourir au prêtre qu'elle désire. Son opinion religieuse, fût-elle une erreur, ne peut jamais être un délit. Elle en réclame donc l'exercice que la constitution lui garantit formellement et elle le fait avec une confiance qu'inspirent des magistrats honorés du choix du peuple et environnés de l'estime publique. Ce considéré, messieurs, il vous plaise permettre au sieur François Charles THARREAU de faire au sieur RÉVELIÈRE, par tels notaires qu'il vous plaira nommer, les sommations respectueuses nécessaires pour parvenir à la célébration du mariage, et vous ferez bien."

Les membres du tribunal du district de Cholet ont ainsi rendu leur sentence :

"Vu la requête, la procuration énoncée ci-dessus et le certificat de publication des bans délivré par le sieur Lacrolle, curé de la paroisse Notre-Dame de cette ville, et le contrat de mariage ci-dessus référé, nous permettons au sieur François Charles THARREAU, au nom de la demoiselle RÉVELIÈRE, de faire faire les sommations respectueuses au sieur RÉVELIÈRE, pour parvenir au mariage dont il s'agit, par les sieurs Lefeubvre et Thomas, notaires, que nous commettons à cet effet."

Dans la soirée du 9 février, François Charles THARREAU se présenta au domicile de Gilles RÉVELIÈRE et, assisté des deux notaires, présenta ainsi la sommation respectueuse :

"Je vous requiers respectueusement de consentir à la célébration du mariage de votre fille avec Amable Jean THARREAU devant tel prêtre qu'elle jugera à propos de choisir, en exécution de la liberté des cultes qui lui est formellement garantie par la nouvelle loi. Permettez-moi de vous représenter, avec tout le respect et la déférence qui vous sont dus, combien il est douloureux pour votre fille d'employer les voies de droit pour parvenir à un mariage que vous avez toujours approuvé et que vous approuvez encore, mais que vous voudriez seulement voir célébrer dans l'église paroissiale de Notre-Dame de Cholet, malgré la répugnance invincible de votre fille. Aussi j'espère de votre justice et de votre tendresse pour elle que vous ne refuserez plus à ces pressantes sollicitations. Vous lui accorderez la liberté de recourir à tel prêtre qu'elle jugera à propos de choisir pour recevoir la bénédiction nuptiale, et ainsi vous lui éviterez le désagrément de répéter les sommations qui répugnent à sa délicatesse, mais dont les circonstances lui feraient un devoir impérieux."

Le sieur RÉVELIÈRE a répondu :

"Malgré le vif désir que je conserve de voir ma fille recevoir le sacrement du mariage du curé de sa paroisse, je ne prétends point enchaîner sa conscience. J'espère seulement qu'elle s'éclairera bientôt et que, revenue de son erreur, elle regrettera sincèrement la voie juridique qu'elle prend. Je sens d'ailleurs qu'une plus longue résistance de ma part ne servirait qu'à multiplier les formalités qu'elle est résolue de remplir, peut-être même à la fortifier dans son erreur. Par ce double motif, je me détermine à donner mon consentement au mariage de ma fille avec le sieur Amable Jean THARREAU, qui sera célébré en telle église et devant tel prêtre que les parties jugeront à propos de choisir."

Le mariage a dû être célébré en l'église du May par l'abbé Coulonnier, mais l'acte ne figure pas dans les registres paroissiaux de 1792, ni dans les actes reconstitués de la commune du May. Est-ce un oubli ou la volonté de ne pas aggraver la situation des nouveaux mariés, dans cette époque troublée et pleine de danger ?

Madame RÉVELIÈRE et sa fille avaient bravé le clergé constitutionnel et les patriotes ne l'avaient pas oublié. Madame RÉVELIÈRE fut arrêtée le 13 janvier 1794 puis interrogée le lendemain par le président du comité révolutionnaire de Cholet, condamnée à mort comme brigande et fusillée au champ des martyrs d'Avrillé le 19 février 1794 (béatifiée le 19 février 1984 comme martyre en raison de sa foi).

L'abbé Coulonnier sera arrêté en février 1792 puis déporté en Espagne où il serait décédé.

 

Sources :

 

Yves Meignan, avec l'aide précise et précieuse de Michel Merlet que je remercie

 

 

 

le bourg (avant 1863)

la commune (depuis 1863)

la carte de Cassini - le cadastre

les moulins à vent

la métairie de la Croix

le chemin de la Vacherie

le manoir du Landreau

le dernier seigneur du Pontreau

les chemins de la mémoire

les voies de communication dans la commune

le chemin de fer d'intérêt local

la route n°11 de de Beaupréau à Cholet

a-t-on voulu punir Beaupréau ?

le général Tharreau

 

Merci de fermer l'agrandissement sinon.

 

 

 

https://www.stleger.info