Djelfa, le 17 octobre 1884

 

Chers parents,

 

J'ai reçu la lettre que ma sur m'a envoyée, qui m'a été envoyée il y a quelques jours.

J'ai quitté Blidah et, dans le trajet, j'ai été indisposé et le major, en arrivant à Djelfa, m'a fait rentrer à l'hôpital.
Voilà 14 jours que j'y suis et je suis en pleine voie de guérison.

J'ai une bonne nouvelle à vous apprendre : M. le médecin-chef m'a accordé un congé de convalescence de trois mois et, dès que je serai rétabli, j'aurai le plaisir de vous revoir.

Ne vous inquiétez pas ! Je me porte bien, ce n'est qu'une affaire de temps pour que mes forces reviennent.

Je me trouve sans argent. Veuillez avoir la bonté de m'en envoyer.
Voici mon adresse : Baudry Valentin, hôpital militaire de Djelfa.

Recevez les meilleures amitiés d'un fils et frère qui vous aime.

Baudry Valentin

 

Djelfa / la place du marché

les casernes

 

Environs de Djelfa / le moulin 

l'église de Djelfa 

 

 

retour accueil

lettre précédente

lettre suivante