Cherchell, le 25 août 1884

 

Mes chers parents,

 

Je vous écris deux mots pour vous annoncer mon départ de Cherchell. Ceux qui viennent nous relever arrivent à Cherchell le 3. Nous autres, nous partons le 4

Le pays où nous allons est loin d'être aussi agréable que Cherchell. Ça se nomme Laghouat, oasis qui se trouve dans le désert, et à 17 étapes de Blidah. Voyager par une chaleur comme il fait, c'est dur ! Nous allons souffrir. Aussi j'aime à croire que vous voudrez bien m'envoyer un peu d'argent pour faire cette longue route. Inutile de vous dire comme elle me sera utile ! Merci d'avance. (1)

 

 

Notre capitaine est aux eaux thermales de Vichy. Je viens, par l'ordre du lieutenant commandant la compagnie, de lui envoyer une dépêche. Nous devons rester quelques jours à Blidah, c'est là qu'il doit nous attendre.

Ma prochaine lettre sera probablement de Blidah.
Je n'ai pas reçu de réponse de la dernière lettre que je vous ai envoyée.
De plus grands détails à la prochaine.

Adieu et au revoir.
Votre fils et frère qui vous aime tous.

Baudry V, 1er Tirailleurs, 2e bataillon, 2e compagnie, Cherchell, Algérie

 

(1) Laghouat, oasis du Sahara, sur la piste impériale n°3, très jolie ville. En été, 70° au soleil, 50° à l'ombre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laghouat

 

retour accueil

lettre précédente

lettre suivante